F.E.A.R. : First Enconters Assault Recon

Par Attila

FEAR est le premier jeu d’une série qui s’annonce prometteuse. Ce jeu rempli d’éléments surréalistes permet de se mettre dans la peau d’un soldat d’élite dont on connaît peu l’histoire et qui a réclamé de se joindre à l’équipe F.E.A.R. équipe spécialisée dans la réponse aux situations hors de l’ordinaire.  De fait, le jeu vous vous fera vivre beaucoup d’actions excitantes.

Un environnement de jeu contrasté et déroutant

Une des premières choses que vous remarquerez en jouant à ce jeu, c’est l’ambiance sombre et stressante où les lieux sont remplis d’objets particulièrement bien réussis que vous accrocherez et qui vous feront sursauter à l’occasion. De plus, durant la campagne vous traverserez des moments d’un calme suspect et des lieux parsemés de scènes bizarres, fruits de l’esprit probablement télépathique de votre personnage à l’histoire et au passé plutôt vagues. Puis, soudainement vous vous retrouverez en pleine action et passez des moments intenses. Dans l'ensemble, sur le plan perceptuel, les tableaux sont assez bien construits et la linéarité du jeu également. Dans l’ensemble, cet environnement consiste en un grand nombre de tableaux industriels et urbains parfaits pour les combats contre des forces commandos de clones.

Un jeu sombre dont la principale force est la lumière

Comme indiqués précédemment, les tableaux sont toutefois très sombres de manière générale et bien que ce soit tout à fait compréhensible étant donné la nature du jeu, ils ont tendance à dérouter ou étourdir le joueur; cela particulièrement en mode multijoueur à cause des teintes, du délabrement des endroits visités ainsi que de l’absence de luminosité. C’est un peu regrettable que toutes les cartes soient si sombres, car la grande force de l’engin de FEAR est justement le système de lumière volumétrique qui est très impressionnant et qui donne vie et profondeur à l’environnement. D’ailleurs pour avoir expérimenté l’éditeur de carte du jeu, nous pouvons affirmer que le système de luminosité du jeu joue probablement pour 60% de la qualité visuelle du jeu. De fait, au niveau de la construction des niveaux, le jeu est assez simple dans sa structure, mais très efficace et crédible en raison du système de lumière volumétrique. Toutefois, ces tableaux simples et efficaces vous donneront des heures de plaisir et apportera un espoir à ceux qui veulent se lancer dans le 3D. D'ailleurs, je vous recommande ce jeu au niveau du moding. La communauté est active et Monolith ainsi que Sierra semblent vouloir supporter activement le moding. Toutefois, la documentation sur le moding est encore peu élaborée, et n’est vraiment pas aussi développée que la référence en moding, Half-Life 2. D'ailleurs, la majorité des tutoriels sont issus de la communauté.

 

Un environnement sonore réussi et adapté à l’histoire

Les sons, la musique ainsi que les multiples bruits de l’environnement sont assez bien faits et participent à vous mettre mal à l’aise tout le long du jeu ainsi qu’en mode multijoueur. Les voix des personnages sont adaptées et convaincantes et s’accordent bien avec l’histoire du jeu. Cependant, on ne s’attache pas aux personnages nous entourant durant la campagne. Les sons des armes et celui des cartouches tombant au sol sont vraiment réussis et représentent un aspect divertissant.

Des armes équilibrées

L’armement de FEAR est un autre aspect particulièrement bien réussi. D'ailleurs, l’ensemble des armes est de force comparable. Ces armes se différencient plutôt par la manière d’être utilisées dans la bonne situation. Ainsi, les pistolets AT-14 sont puissants, mais tirent lentement et avec une précision moyenne. Le RPL Sub-Machine Gun tire rapidement avec une bonne précision, mais chaque balle fait moins mal. L’Assault Rifle tire bien avec des projectiles puissants, mais il vous ralentit un peu dans votre mouvement et ses chargeurs contiennent moins de munitions et ainsi de suite. Il y a donc des armes pour tous les goûts, que vous aimiez le corps à corps ou encore les combats éloignés, vous trouverez l’arme qui vous conviendra. De façon générale, les cartes  sont construites de manière à ce qu’aucune arme ne soit dominante sur les autres de telle sorte que chaque joueur peut utiliser l’arme de son choix et ce choix reste limité. Toutefois, il est à noter qu’en multijoueur, l’Assault Rifle semble avoir pris le dessus sur les autres armes comme étant le plus polyvalent. Les grenades sont aussi un aspect réussi du jeu et ajoutent beaucoup à l’intérêt du jeu.  Il faut dire que l’intelligence artificielle les utilise aussi régulièrement vous rendant la tâche plus difficile, alors qu’en multijoueur vous finirez souvent au milieu de puissantes fusillades parsemées d’explosions un peu partout. Pour ceux qui aiment le risque, il est aussi à noter que le jeu contient aussi une attaque en coup de pied ou coup de poing, cela neutralisant généralement votre adversaire en un seul coup; mais au risque de vous faire tirer dessus bien avant d’être à portée de votre adversaire. Donc, il est recommandé d’avoir les nerfs solides. Un avantage de ce mode sans fusil est toutefois de pouvoir courir plus vite et donc de pouvoir prendre vos adversaires de vitesse, aspect toujours critique dans un jeu rapide.

Des ressources jouant un rôle crucial dans le jeu

Au-delà de l’armement, vous aurez deux autres ressources à rechercher dans le jeu à savoir, les armures qui vous rendent beaucoup plus résistant aux tirs ennemis et les medkits qui peuvent être activés durant le combat même et qui vous sauveront la vie très souvent à moins de les oublier. Ces deux ressources dans la campagne sont très utiles et dans le multijoueur, ils sont simplement incontournables. Le fait d’avoir une armure ou pas, fait une différence critique lorsque vient le temps de jouer en multijoueur et votre rapidité à utiliser les medkits vous donnera aussi un avantage sur vos adversaires. La différence entre le joueur avec armure et celui sans armure nous apparaît démesurée. Bien que le jeu n’est pas la prétention d’être réaliste, il aurait probablement été préférable à notre avis de diminuer les bonus de l’armure, ainsi que de mettre une limite à la rapidité d’action des medkits qui tous deux peuvent rendre un joueur maîtrisant les ressources d’une carte, simplement invulnérable. Ce fait étant d’autant plus marquant dans le mode Capture The Flag où le bon joueur aura simplement à ramasser toutes les ressources de sa base et une fois complètement plein en armure et medkits, pourra se rendre dans la base ennemie exterminer les joueurs adverses qui en spawnant n’ont, de manière générale, pas d’armures ni de medkits et sont donc très vulnérables. Le joueur utilisant cette technique n'aura qu’à prendre les armures et medkits dans la base adverse pour poursuivre le massacre. Il y aurait donc quelques révisions à faire au niveau de la balance de l’armure pour que le divertissement soit partageable et non pas limité à la maîtrise des ressources d’une carte.

Une intelligence artificielle remarquable

Au niveau de l’intelligence artificielle, il faut mentionner que FEAR a probablement une des meilleures intelligences artificielles depuis Ghost-Recon et Halo. Les ennemis de FEAR sont en effet très malins et réagissent en fonction des situations auxquelles vous les confrontez; non pas simplement en bougeant, mais aussi en utilisant l’environnement. Aussi, l’ennemi sautera par-dessus les bureaux, passera à travers les fenêtres, se mettra à couvert, renversera des objets pour se mettre à couvert, ainsi de suite. Tous ces facteurs contribueront à rendre l’expérience vraiment interactive et vous apporteront beaucoup de surprises lorsque les soldats vous contourneront. L’intelligence artificielle est donc une des principales forces du jeu et il est très divertissant de la combattre. Par contre, le fait que le jeu ne contienne pas de coop est vraiment dommage. Bien que la campagne ne soit clairement pas adéquate pour un mode coop, les ennemis de FEAR auraient représentés des heures de plaisir à combattre en mode coop, de la même manière que le coop de Ghost-Recon et Halo (Xbox) constituaient des heures de plaisir à leurs époques grâce à des intelligences artificielles. D'ailleurs, la communauté de moding a réussi à inclure des intelligences artificielles dans le multijoueur. Mais pour l’instant ce n’est pas particulièrement amusant, mais il peut valoir la peine de suivre leurs progrès.

Un système multijoueur solide, mais à intérêt limité

Le système multijoueur quant à lui est très divertissant et intense. Toutefois, il y a très peu de diversité en carte et mode multijoueur et comme mentionné plutôt, ces cartes ont tendance à vous rendre amorphe à cause de l’atmosphère de délabrements et l’aspect sombre. C’est un peu dommage étant donnée une action souvent intense. Il aurait été bénéfique de mettre un peu de soleil dans tout ça. En ce qui concerne le lag et le système de visée en multijoueur, ce jeu est probablement parmi les meilleurs qui nous aient été donnés d’expérimenter. Les balles vont en effet où elles doivent et l’action multijoueur donne l’impression qu’il n’y a aucun lag grâce à un système où les informations du jeu client ont préséance sur le serveur. Ce système est toutefois risqué en matière de tricherie. Mais nous n’avons eu aucune preuve de quelques tricheries que ce soit jusqu’à maintenant. D'ailleurs, Monolith a ajouté Punkbuster pour s’assurer que tous jouent légitimement.

Conclusion

Malgré ses limites d’intérêt en multijoueur, la communauté semble avoir pris sur elle de développer des cartes pour augmenter la longévité du jeu. Bien que les premières sont assez simples, nous y voyons un bon potentiel lorsque les modes auront compris comment faire des cartes adaptées à toutes les armes et styles de jeu. Ce jeu est donc un jeu qui mérite d’être acheté. Toutefois, petite mise en garde, il est parfois trop généreux sur le sang, et donc très violent. C’est donc un jeu pour un public mature. Cependant retenez que vous pouvez désactiver le sang si cela vous impressionne trop fortement.